Jardin extraordinaire

Jardin extraordinaire

Date : Publié par

Vous arrosez votre jardin et vous constatez à un moment donné que le débit d’eau diminue, voire s’arrête. En effet, le tuyau d’arrosage s’est entremêlé et a des nœuds à différents endroits.

Cet arrosage perturbé peut être à l’image d’une Entreprise, dans laquelle souvent, les nœuds correspondent aux émotions cachées voire refoulées et l’eau illustre la productivité.

Pourquoi libérer régulièrement ces nœuds dans le cadre professionnel ? Comment en faire un levier ?

Micro de radioLes émotions reconnues et identifiées sont des accélérateurs de productivité et d’efficacité en entreprise. Leur maîtrise influence donc fortement les résultats. 

3 points d’appuis pour créer un effet de levier relationnel :

#Percevoir : qu’est ce que je ressens dans cette situation ou avec cette personne ? 

Etre conscient de ses émotions est la première clé d’efficacité personnelle et professionnelle. Qu’elles soient conscientes ou inconscientes, ces réactions peuvent bloquer le potentiel de l’individu.

Savoir identifier les différentes manifestations des émotions, c’est avoir conscience de soi à plusieurs niveaux :

- corporel : quel est mon niveau de tension (tensions physiques, maux de tête, respiration perturbée, rythme cardiaque, etc) ?

- émotions et sentiments : qu’est-ce que je ressens (de la peur, de la colère, de la tristesse, de la joie) ?

- discours interne : quelle phrase je me répète en boucle ? qu’est-ce que je pense de moi ? Comment je me perçois ?

Ce temps de prise de recul et d’écoute de soi est difficile. Parfois, un certain nombre de personnes, selon leur éducation ou personnalité, se sont coupés de tout type de ressenti. Pourtant, de ces émotions dépend la qualité de l’action qui va suivre. Si je suis stressé et paralysé devant un collaborateur, je ne pourrai pas l’accompagner à réaliser sa tâche ou trouver des options constructives. L’échange ne sera pas productif et risque de lui transmettre mon propre état émotionnel. En revanche, si en tant que dirigeant, je prends conscience de mon état de stress et fait en sorte de le gérer pour l’apaiser, je serai plus apte à échanger de manière constructive et faire progresser mon équipe.

Il est opportun de savoir reconnaître quand son comportement n’est pas adapté pour ralentir et y rémédier. Paul, patron vif et dynamique, entre brusquement dans le bureau de Pascale, RH calme et émotive. Il risque d’être direct voire brutal dans sa communication avec elle. Première option : il prend conscience qu’il est en mode stress, écoute ses ressentis internes et peut se canaliser pour ralentir. Seconde option : il n’est pas conscient de son stress et reste sur ce niveau élévé d’énergie, en mode directif et impulsif. .. ce qui risque d’engendrer un état émotionnel en réaction chez Pascale et une baisse d’efficacité dans les échanges, voire des actions contre-productives (tensions sur les collaborateurs, manque de capacité d’écoute de la RH…).

L’identification de ses émotions permet de maîtriser sa réponse. Par exemple, prendre une pause, sortir du bureau et faire une autre tâche ; réguler sa respiration et orienter ses pensées de manière positive ; regarder la situation avec recul en revenant sur les faits ; se mettre à la place de l’autre pour se défocaliser…) Autant de solutions possibles pour réguler son état émotionnel et ameliorer son efficacité.

 

Savoir identifier et canaliser les émotions assure une communication plus objective. Les outils de profils comportementaux, type DISC, peuvent être utiles pour mieux comprendre et objectiver son comportement, ainsi que ses zones de vulnérabilité. Ainsi, en situation de stress, le dirigeant peut dissocier son comportement de sa personne. Nous ne sommes pas nos comportements. Mieux se connaitre permet de réguler nos comportements de manière positive, tout en évitant d’entacher l’estime de soi.

La maîtrise de l’émotionnel s’accompagne de celle du non verbal. Jacques, un patron du BTP, me témoigne son énervement au sujet de l’absence de directif et de leadership de son chef d’établissement. Il m’affirme ne s’énerver que devant moi en évoquant cette situation et communiquer avec ce responsable calmement. Je lui exprime alors que son non-verbal exprime à lui seul son énervement. La prise de conscience de son émotionnel permettra de considérer cette personne différemment et une communication plus productive que le refoulement de cet état.

6 Comment gérez-vous vos sentiments et vos émotions ? Quels messages communiquez-vous (verbaux/non verbaux) ? Comment décodez-vous les signaux verbaux et non verbaux de vos équipes ?

 

# Décoder : qu’est-ce que cette situation m’apprend ?

Cette maîtrise installée  permet d’identifier ce que l’émotion exprime.

Chaque famille d’émotions est là pour donner des indices des besoins à combler :

- la colère : besoin de respect, qu’est-ce que je ressens d’injuste et comment puis-je obtenir une reconnaissance autrement ?

- la tristesse : besoin de confort et réconfort, de quoi ai-je besoin de me séparer, ou que dois-je lâcher pour avancer ?

- la peur : besoin de sécurité, qu’est-ce qui me protège et me rassure ?

- la joie : besoin de partage, qu’est-ce me donne envie de poursuivre l’expérience et d’avancer ?

Il est opportun de prendre l’habitude d’analyser en équipe les réussites et les échecs. En commençant par les réussites, le niveau d’énergie s’élève et amène une meilleure créativité. Comprendre et analyser le contexte d’une réussite est utile pour la reproduire. Comprendre et analyser ce qui a fait défaut l’est également. Réfléchir immédiatement à plusieurs options pour progresser donne de la flexibilité, stimule l’innovation. Ces process peuvent être systématisés dans les fonctionnements de debrief en équipe.

6 Qu’est-ce qui déclenche cette réaction ? De quoi ai-je besoin dans cette situation et/ou face à cette personne ? Ai-je besoin de maîtriser le temps ? De faire appel à certains talents ? De mobiliser des ressources externes (personnes, matériels) ? Dans quelle mesure  je participe au contexte émotionnel de la situation ?

 

# Agir : quelle valeur ajoutée puis-je apporter ?

Quelles actions peuvent apporter de la valeur ajoutée à la situation ou à la personne ?

Un collaborateur fait 2h de voiture tous les jours pour venir travailler. Il est motivé malgré sa fatigue, d’ailleurs c’est son tempérament : fonceur, challengeur et déterminé. Lors d’une réunion d’équipe, il partage le fait que l’entreprise ne le reconnaisse pas toujours et en pâtit avec un gout quelque peu amer, même s’il reste sur son enthousiasme à avancer dans l’entreprise. Il a exprimé ouvertement que le simple fait de demander ponctuellement « comment ça va pour toi ? », cette simple phrase, lui apporterai de la reconnaissance et de la valorisation face à son investissement. Il se sentirait juste considéré comme une personne investie, ce qui l’engagerait certainement plus. Le patron ne communiquait pas avec lui jusque-là parce qu’il n’a pas aujourd’hui les moyens de l’augmenter ou de l’indemniser. Or ce que demande le collaborateur c’est juste de l‘attention, de la considération.

Parfois, le fait de prendre du temps avec la personne, écouter et échanger au sujet de ses besoins, être transparent dans ses propres émotions, permet de créer des relations saines et durables.

De même, connaître les besoins des collaborateurs et créer les conditions pour y répondre, viennent également alimenter ce sentiment de reconnaissance si nécessaire à la productivité. Fabrice, patron d’une entreprise de rénovation, a organisé le travail de Carlos qui repart au Portugal au mois d’Août. Un mois complet sans ce compagnon précieux, fait que ce même compagnon se sent considéré et reconnu et s’engage pleinement sur les 11 autres mois.

6 Comment considérez-vous vos équipes ? Comment tissez-vous des liens privilégiés avec chacun ? Comment adaptez-vous les besoins de chacun pour un meilleur confort émotionnel ? Quels rituels de communication instaurez-vous pour être en veille de ces besoins émotionnels ?

 

 

Mieux se connaître et maîtriser ses émotions permet de mieux prendre conscience des besoins des autres et donc améliorer les relations.

Des relations saines, intègres et constructives deviendront le ciment de l’entreprise. Savoir communiquer avec bienveillance et respect permet à chacun de déployer son domaine d’excellence et de contribuer de manière durable à la productivité.

Quelle que soit la situation, avec les clients, les fournisseurs et encore plus avec les collaborateurs, les émotions font partie intégrante de la réussite de l’entreprise. Leur laisser une place est primordial pour la productivité, sans pour autant les laisser piloter hors raison et cadre.

Et si le rôle du dirigeant était de créer les conditions d’un climat émotionnel positif, favorable à la réussite ?

Réservez maintenant votre Diagnostic Stratégique !

You Up
19 bis rue Raymond du Temple
94300 - Vincennes
du lundi au samedi de 9h à 19h
Téléphone : 06 22 59 09 50






Votre message a bien été envoyé

Nous soutenons une économie responsable